lundi 7 octobre 2013

Terroir : La reine des pommes

Cette semaine il fallait profiter des derniers rayons de soleil pour aller se balader pas très loin de Paris, dans l'Aisne. Un vide-grenier à Bézu-le-Guery et nous voilà en route. 

Je n'ai rapporté de Bézu qu'un kilo de pommes. Car à défaut de vider son grenier, cette femme écoulait les pommes de son jardin. Et les pommes locales, de variétés anciennes pour la plupart, sont un régal pour moi. Ce sont donc des Dame Augustine que j'ai trouvé cette fois. 

Ces pommes me rappelle, quoique très différentes, les pommes St Jean du sud-ouest, qui sont les premières à mûrir en juin. Je me rappelle qu'après avoir croqué deux ou trois de ces petites pommes pâlotes mais acidulées et juteuses, on en offrait aux vaches qui en raffolaient.

Bref, après Bézu, un petit détour par Marigny-en-Orxois. Belle surprise : à Marigny aussi, il y avait un vide-grenier. Plus intéressant que le premier à mon goût. J'y ai trouvé deux petits plats de service émaillés que je vous présenterai dès qu'ils seront réhabilités. 
Mes amis y ont trouvé un superbe presbytère un peu abandonné par le diocèse. Et au détour d'un chemin pour tenter d'apercevoir l'arrière du presbytère, un jardin délaissé, avec des pommiers croulant de fruits. J'ai vérifié, il s'agissait de pommes Faro. Celles que je préfère. On les trouve principalement dans la vallée de la Marne. Elles sont aussi belles que bonnes. Acidulées et fraiches au bon goût de terroir et d'automne.

L'automne est aussi la saison des pommes à cidre. La Normandie regorge en ce moment de tonnes de pommes destinées au pressoir. Peut être finiront-elles en alambic pour nous offrir un précieux calvados. Le caricaturiste, illustrateur et dramaturge Henri Monnier nous indique avec humour que  « La nature est prévoyante : elle a fait pousser la pomme en Normandie sachant que c'est la région où l'on boit le plus de cidre. »

Pour finir, je ne saurai que trop conseiller une visite chez les croqueurs de pommes, association qui milite pour la préservation de variétés régionales anciennes, en voie de disparition. Croquez bien !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire