lundi 30 janvier 2017

La poire Passe-Crassane : Espèce en voie de disparition

La passe-crassane n'est pas encore trépassée. Mais elle est en danger. Alors profitons, tant qu'il est temps, de cette étrange variété qui a le coing pour papa.

La passe-crassane est un fruit menacé. Dans quelques années, il aura peut-être disparu. Car le poirier est extrêmement sensible au feu bactérien. Les fleurs noircissent comme si elles étaient brûlées. Des branches entières meurent en quelques jours. Un arbre dépérit en une saison. Terriblement contagieuse, cette maladie est aussi incurable. La seule solution est de couper les parties atteintes, voire d'arracher les plants. En conséquence, la reproduction des poiriers passe-crassane est interdite en France. Seuls les fruits issus de plantations existantes peuvent être commercialisés.

En 1855, à Rouen, le pépiniériste Louis Boisbunel a l'idée de croiser une poire avec un coing. Leur enfant est la passe-crassane. Elle a hérité d'un peu de la physionomie de son « père » : elle est très joufflue, presque ronde, parfois bosselée. Sa peau est jaune marbrée d'ocre. Vous trouverez cette poire, plutôt bon marché, de décembre à avril. Comme pour toutes les variétés d'hiver, choisissez plutôt des fruits un peu fermes. Ils mûriront tranquillement chez vous, de préférence à l'air libre.

La passe-crassane est généralement reconnaissable au bouchon de cire rouge qui orne l'extrémité de sa queue. Cette coquetterie est, à l'origine, destinée à empêcher l'évaporation de l'eau et, donc, ralentir le vieillissement. Devenue inutile avec l'évolution des techniques de conservation, la cire est désormais le sceau distinctif de cette variété.

La chair de la passe-crassane est granuleuse, ce qui ne plaît pas à tout le monde, mais également juteuse et acidulée. Nature, elle se déguste bien mûre, lorsqu'elle est plus sucrée.

Cette variété est également réputée pour faire d'excellentes confitures. Et comme elle s'entend très bien avec les épices, vous pouvez la décliner dans de nombreux bocaux (pour accompagner la brioche du petit-déjeuner aussi bien que le foie gras du dîner).


Régal - Par Auriane Velten
Publié le 06/02/2016

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire